Vous êtes ici

2ème Phase du projet de l’impulsion et l’étang pour l’installation d’irrigation sur 838,4 ha dans les lieux-dits La Sarda et El Terreno sur la commune de Pedrola (Saragosse - Espagne)

1. Description

En avril 2014, la SAT Ansó a présenté à l’Institut Aragonais de Gestion Environnementale (INAGA) un Document de Consultations Préalables ayant pour objet le commencement des démarches pour la transformation de 244 hectares en terrain irrigué sur le lieu-dit La Sarda de la commune de Pedrola (Saragosse). Après la réalisation des gestions par SAT Ansó avec d’autres propriétaires de la région, la société Agrícolas Villahermosa, S.A. (AVISA) s’est jointe au projet. Avec l’acquisition de nouvelles parcelles par SAT Ansó et la surface apportée par AVISA, le périmètre à transformer atteignait les 853,22 hectares quand l’avant-projet et l’étude de l’impact environnemental ont été rédigés.2ª Fase del proyecto de impulsión y balsa para la puesta en riego de 838,4 ha en los parajes de La Sarda y El Terreno en el T.M. de Pedrola

  • Application : Irrigation
  • Année : 2017
  • Pays : Espagne
  • Localisation : Pedrola (Saragosse - Espagne)
  • Constructeur : UTE Riegos Pedrola (Hermanos Caudevilla S.L. - Tecniriego S.L.)
  • Promoteur : Riegos Avisa - Ansó A.I.E.
  • Ingénierie : AGRARTIS

La Confédération Hydrographique de l’Èbre a manifesté que, même s’il y a de l’eau disponible dans le système, il peut y avoir des problèmes d’approvisionnement en raison des limitations de transport du Canal à partir de Gallur, ce qui empêche de prendre de l'eau en semaine. Cet organisme autorise le captage de 1.100 l/s les week-ends (28 h) et permettra de prendre de l’eau en semaine s’il y a de l’eau en trop et si le fonctionnement normal du Canal n'est pas affecté.

Les conditions d’approvisionnement, avec un débit instantané très élevé sur une période de temps très courte, ont obligé de reconsidérer la solution technique prévue dans l’avant-projet, de telle manière qu’il semble indispensable, si les limitations concessionnelles se maintiennent, de construire un étang près du Canal Imperial, malgré le coût financier que cela peut engendrer.

En tenant compte que l’implantation et l’irrigation des cultures de plantes ligneuses sera lente et que, par conséquent, les consommations maximales ne se produiront pas d’ici plusieurs années, les promoteurs ont décidé de reporter la construction de l’étang du Canal tant que le besoin n’est pas confirmé.

Il ne serait pas nécessaire si, dans les années à venir, les conditions d’approvisionnement données par la Confédération Hydrographique de l’Èbre s’amélioraient.

2. Object du chantier

Caso de estudio MolecorL’objet de ce projet est de concevoir et évaluer les interventions communes nécessaires pour l’irrigation de 838,4 hectares des lieux-dits La Sarda et El Terrero.
Le mémoire du projet explique les travaux nécessaires pour capter et propulser l'eau depuis le Canal Imperial jusqu’à un étang de régulation qui sera construit dans le lieu-dit La Sarda, à la limite des deux exploitations.

  • Station de pompage
  • Impulsion
  • Étang de 80.000 m3
  • Électrification. Faible tension
  • Contrôle et automatisation

3. Phases d'execution

Face au besoin de réaliser en urgence les travaux de captage, profitant de la fermeture du canal de février 2017, le projet se divise en deux phases :

Première phase :

  • Démolition prise actuelle.
  • Démolition de la chambre et du local des pompes actuelles.
  • Déviation de la rigole.
  • Construction de la nouvelle prise.
  • Croisement de la route Z-525.
  • Chambre de captage.

Deuxième phase :

  • Construction de l’édifice de la station de pompage du captage.
  • Installations des appareils de pompage, collecteurs et mécanismes hydrauliques.
  • Installation du tuyau d’impulsion, de ventouses, de prises et d’évacuations.
  • Exécution des croisements sur la route, l’autoroute et les rigoles.
  • Construction d’un étang avec une capacité de 80.000 m3.
  • Branchement et installations électriques.

4. Solution envisagée

Solucion proyectada

5. Évaluation coup de bélier

Estimation de la hauteur manométrique dans les différentes conditions de fonctionnement :

Évaluation coup de bélier

Le rendement des pompes, quelle que soit la situation, sera supérieure à 75%.
Après le calcul du coup de bélier, une valeur de 68,24 m.c.a. a été obtenue, provoquant une surpression maximale de 97,24 m.c.a. Même si le tuyau prévu est de 12,5 atm, 2 vannes de décharge de pression de 6’’ seront installées afin d’éviter l’usure du matériau causée par des arrêts fortuits. La protection sera complétée avec l’installation de 3 unités de ventouse trifonctionnelle de passage total pour eau propre DN100, avec un système anti-coup de bélier avec fermeture en deux étapes et disque de protection anti-coup de bélier.

formula golpe de ariete

Évaluation coup de bélier

6. Impulsion PVC-BO TOM® Molecor

En raison de l’importance des services affectés dans le parcours du tuyau d’impulsion, son tracé est analysé attentivement. La longueur du tuyau d’impulsion serait de 3.034 mètres, depuis le captage jusqu’à l’étang, et le traçage sera déterminé par les points de croisement des routes existantes.

Le choix du matériau PVC-BO est dû, notamment, à sa résistance à la corrosion, sa facilité de montage et s’agissant d’un tuyau plus économique. Le diamètre le plus adéquat est calculé prenant en compte les coûts d’investissement et énergétiques, et celui qui a été désigné pour cette intervention est 800 mm.

longitud_peoyecto

Pour son fonctionnement correct et sa protection, des ventouses sont installées pour l’expulsion/admission d’air avec un double objectif. D’une part, assurer un fonctionnement correct en situation normale en évacuant l’air qui peut s’accumuler dans la conduite. D’autre part, protéger la conduite face aux situations transitoires causées par l’onde de pression négative et les dépressions associées à celle-ci pouvant se produire.

Le tuyau sera installé dans une tranchée, complètement enterré sous la section type qui est décrite ci-après. La couche du tuyau aura une épaisseur de 15 cm, elle sera parfaitement nivelée et sera composée de gravier de 6/20 mm. Le recouvrement sera réalisé de la manière suivante :

  • L’espace compris entre le terrain naturel jusqu’à 15 cm sur la génératrice supérieure du tuyau (1 m minimum) sera rempli avec un matériau adéquat, provenant de la propre excavation, ou d’ailleurs, en réalisant un compactage, avec un rouleau ou similaire jusqu’à un PN de 85%.
  • L’espace compris entre la génératrice inférieure du tuyau et 15 cm sur la génératrice supérieure du tuyau, sera rempli avec du gravier 6-20 mm.
  • L’espace compris entre la base de la tranchée et la génératrice inférieure du tuyau sera rempli avec du gravier 6-20 mm.

Une fois l’exécution terminée, il faudra laisser le terrain dans son état d’origine, sans gros éléments, matériau granulaire, etc., les marges des parcelles reconstruites et en parfaites conditions pour l’irrigation.

7. Exécution de l'étang

La conception de l’étang est réalisée en cherchant à obtenir une définition géométrique qui optimise les mouvements de terre nécessaires. En prenant en compte ce critère, la cote de fond de l’étang sera de 264,30 m alors que celle du couronnement sera de 272,40 m. La largeur du couronnement sera de 5,00 m afin d’y permettre le passage des machines. Les talus formés par les terres seront de 2,5/1 (intérieur) et de 2/1 (extérieur).

  • Surface nette de l’étang au pied de la digue : 24.229 m² au pied du talus extérieur.
  • Volume du terre-plein digue avec retrait de 25 cm du sol : 26.789 m³.
  • Volume excavation du déblaiement : 46.609 m³.
  • La capacité de l’étang est de 80.295 m³.
  • La surface totale de la membrane en polyéthylène de 2 mm d’épaisseur est de 20.860 m2.
  • L’étang sera imperméabilisé avec 20.280 m2 de géomembrane de PEHD de 1,5 mm. Sous celle-ci, une couche de géotextile de protection sera placée.

8. Conclusions

Les différentes offres des types de tuyaux (Fonte, Acier hélicoïdal, PVC Bi-Orienté, Béton armé avec chemisage) sont analysées, et l’option choisie est celle dont la relation qualité/prix est la meilleure. Le diamètre le plus économique est envisagé. Le coût énergétique et le coût de l’investissement pour trois diamètres sont pris en compte, et c’est le diamètre 800 mm qui est le moins cher globalement. Le tuyau installé est l’un des éléments les plus importants du réseau, d’où l’importance dans le choix du matériau à projeter. Dans ce point, il est très important de tenir compte de la qualité du matériau, sa durabilité et bien sûr, la contribution à l’environnement. Les tuyaux TOM® en PVC-BO se présentent comme une excellente alternative comme matériaux sur des réseaux de terrain irrigué grâce à leur efficience en exploitation et à leurs faibles coûts en maintenance, en raison de leurs propriétés physico-mécaniques et chimiques.

Les quelques caractéristiques à souligner des tuyaux TOM® en PVC-BO pour lesquels ce matériau a été recommandé sont :

  • Grâce à leur structure laminaire, ils sont très résistants à l’impact causé par des coups et à la propagation de fissures, cela permet de minimiser significativement les ruptures pendant la manipulation et l’installation dans le chantier.
  • Ils garantissent une consommation énergétique efficace, grâce à leur surface intérieure extrêmement lisse qui réduit au minimum les pertes de charge. De plus, leur plus grande section de passage permet de transporter une plus grande quantité d'eau aux coûts énergétiques équivalents, parvenant ainsi à une plus grande capacité hydraulique.
  • Grâce à leur meilleur comportement face aux coups de bélier, la surpression dont la canalisation subit est moindre. C’est pourquoi, tous les autres éléments qui composent ce réseau souffriront moins, ayant en définitive une installation beaucoup plus sûre.
  • Leur inaltérabilité chimique rend le tuyau résistant à la corrosion et très résistant aux engrais et produits phytosanitaires utilisés sur les réseaux d’irrigation. Ce qui précède, associé à l’étanchéité exceptionnelle de leurs raccords, permet d’éviter les fuites ou les pollutions de l’eau canalisée.
  • Le plus grand rendement de placement des tuyaux et le moindre coût en machines et main d'œuvre, permettent d’entreprendre le chantier sur une durée et à un coût bien inférieurs que s’il était réalisé avec des matériaux traditionnels.
  • Ils sont la solution la plus respectueuse de l’environnement, présentant une empreinte environnementale significativement inférieure à d’autres produits. Cela est dû aussi bien à l’efficience énergétique qui est obtenue pendant leur fabrication et leur utilisation, que la moindre émission de CO2 dans l’atmosphère tout au long de leur cycle de vie. De cette manière, ils contribuent moins à l’effet de serre et au changement climatique de la planète.

Caso de estudio Molecor

Imagerie: